Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus

2022 marquera la fin des chaudières à fioul et des passoires énergétiques

Le Conseil de Défense Écologique a pris deux mesures suite à la Convention Citoyenne pour le Climat. Celles-ci prévoient l’interdiction d’installer des chaudières à fioul et au charbon à partir de 2022 ainsi qu’une lutte accrue contre les passoires énergétiques. Ces éléments seront à prendre en compte lors de votre recherche de maison à vendre près de Vannes.

Plus de chaudières à fioul à partir de 2022

Dès le 1er janvier 2022, les chaudières à fioul et au charbon ne pourront plus être installées dans les logements neufs. En outre, les chaudières à fioul qui tombent en panne devront obligatoirement être remplacées par des alternatives plus écologiques comme une chaudière à granulés, à gaz haute performance ou encore par une pompe à chaleur.

Cette décision a été prise suite aux propositions faites lors de la Convention Citoyenne pour le Climat. L’idée étant de ne pas obliger les propriétaires de chaudières à fioul à les changer, sauf s’il s’agit d’une rénovation.
Pour passer d’une chaudière à fioul à une chaudière au gaz, il faudra bien évidemment que la ville en question soit raccordée au gaz. Autrement, il faudra se tourner vers les autres solutions que sont la chaudière à granulés ou la pompe à chaleur.

La lutte contre les passoires énergétiques

Les passoires énergétiques, aussi appelées passoires thermiques, sont les logements ayant obtenu un label F ou G lors d’un DPE. On en compte environ 120 000 en France. Le gouvernement les a pris dans sa ligne de mire avec comme objectif de les faire disparaître.

Une autre décision forte pour atteindre cet objectif est un décret précisant qu’à partir du 1er janvier 2023, la performance énergétique sera considérée comme un critère de décence d’un logement. Si ce décret se confirme, les locataires pourront contraindre les propriétaires à réaliser les travaux nécessaires pour que le logement obtienne une note supérieure à F. Cela reviendra donc à imposer le label E comme étant le minimum à obtenir lors d’un DPE.

C’est une mesure particulièrement forte car si elle vient à être mise en place les loyers pourront potentiellement être gelés si le locataire ne se soumet pas à ses obligations. Dans les cas les plus extrêmes, la location pourrait être interdite par jugement.

L’État offre de nombreuses aides afin d’accompagner ce changement

Afin d’accompagner les propriétaires dans la rénovation énergétique, l’État a non seulement mis en place de nombreuses aides, mais il a également décidé d’augmenter le montant de celles-ci ! En effet, le budget de MaPrimeRénov’ va augmenter et en plus de cela elle sera disponible pour 100% des ménages. Les aides vont bien évidemment varier en fonction des revenus des ménages mais elles restent conséquentes mêmes pour les ménages aisés. Pour les foyers les plus modestes, ces aides peuvent financer jusqu’à 80% des travaux, notamment pour le remplacement des chaudières à fioul.

De plus, les aides qui étaient disponibles seulement pour les propriétaires occupants vont maintenant aussi l’être pour les propriétaires bailleurs. Il est donc réconfortant de voir que l’État ne se contente pas d’imposer de nouvelles régulations, il se charge aussi de soutenir économiquement les propriétaires !

Général