Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus

5% des Français sont raccordés à un réseau de chaleur ou de froid

Aujourd’hui, seulement 5% des Français sont raccordés à un réseau de chaleur ou de froid. Cette situation va probablement changer avec le programme de transition énergétique porté par le gouvernement. D’ici 2030, la quantité de chaleur et de froid livrée par ces réseaux devrait être multipliée par cinq.

Bénéat Chauvel, spécialiste de la belle demeure dans le Morbihan, vous informe sur la situation.

Qu’est-ce que les réseaux de chaleur et de froid ?

Solutions écologiques, plébiscitées dans la transition énergétique, les réseaux de chaleur et de froid ont pour vocation de délivrer du chauffage collectif ou de l’air conditionné dans les logements collectifs, les bâtiments publics ou industriels. Leur objectif est donc de réduire les émissions de CO2 dans l’atmosphère.

Un réseau de chaleur va utiliser diverses sources d’énergie primaire pour produire de la chaleur : le gaz naturel ou des énergies locales et renouvelables issues de la valorisation des déchets ménagers par exemple, le solaire, la géothermie… À partir de l’unité de production, cette chaleur est distribuée sous forme de vapeur d’eau surchauffée ou d’eau chaude.

Pour les réseaux de froid, l’unité de production fournit de l’eau glacée qui alimente les réseaux d’air conditionné qui lui sont raccordée. Ce type de réseau permet de réduire de 50% les émissions de CO2 par rapport à un système d’air conditionné classique.

Les réseaux de chaleur et de froid peinent à convaincre

À l’heure actuelle, seulement 5% de la population française est raccordée à l’un des 761 réseaux de chaleur ou des 23 réseaux de froid. Cependant, la loi de 2015 sur la transition énergétique pour la croissance verte prévoit une multiplication par cinq des quantités de chaleur renouvelable et de récupération distribuées par ces réseaux, et ce à l’horizon 2030.

Le principal frein à l’expansion de ces énergies renouvelables est le coût de construction et d’installation. En effet, les réseaux de chaleur et de froid nécessitent d’importants investissements financiers. De plus, l’intégration du réseau de canalisation n’est pas facilitée par la densité actuelle des réseaux urbains.

Outre le changement des mentalités, des améliorations et des simplifications devront donc être apportées pour que les réseaux de chaleur et de froid gagnent en attractivité.

Pour en savoir plus:
Différence bail résidence principale et secondaire