Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus

Fiscalité des résidences secondaires : Vrai ou Faux ?

Taxe d’habitation, location saisonnière, TVA sur les travaux de rénovation… Lorsqu’on investit dans une résidence secondaire, de nombreuses questions au sujet de la fiscalité se bousculent, et les informations disponibles disent tout et son contraire. Votre spécialiste en immobilier à Arzon démêle le vrai du faux.

Investissements, rénovations, taxe d’habitation en double : la résidence secondaire est un luxe réservé aux personnes fortunées.



FAUX : À condition de ne pas laisser péricliter son bien. Si des investissements de mise aux normes, de rénovation et de mise en valeur du patrimoine (TVA à 5,5 %) sont réalisés, il est possible de procéder à des locations saisonnières ou même de réaliser une plus-value pour couvrir les charges liées à une maison secondaire.

La majeure partie des résidences secondaires sont héritées de la famille.

FAUX : 3/4 des résidences secondaires en France ont été achetées par les propriétaires actuels.

La taxe d’habitation est supérieure sur les résidences secondaires.

VRAI ET FAUX : Les résidences habitables sont soumises à la taxe d’habitation. La résidence principale profite d’abattements et de plafonnements qui ne sont pas appliqués sur la résidence secondaire. Dans certaines zones, les logements laissés vacants ont des taxes d’habitation majorée, mais cela ne concerne que les résidences principales en règle générale et pas le parc immobilier !

Au final, tout dépendra de la taille de votre logement : si votre résidence principale à Nantes fait 4 fois la taille de votre résidence secondaire en campagne, il est certain que non. Si votre résidence principale est un studio en agglomération Vanoise et votre résidence secondaire un manoir à Arzon, il y a des chances que oui.

Je peux louer ponctuellement ma résidence secondaire pour rentabiliser mon bien.

VRAI: Les locations saisonnières doivent être déclarées à la commune, qui appliquera une taxe de séjour (en moyenne 0,20 à 0,50 € par nuit). Et au fisc, à titre de recette perçue. Selon la localisation de votre résidence secondaire, vous pourriez la louer plus de trois mois par an, et en tirer des revenus qui suffiront largement à couvrir entretien et travaux. La location saisonnière est limitée à 90 jours.

Louer sa résidence secondaire est administrativement très contraignant.

FAUX : Vous avez simplement à faire une déclaration en mairie et cocher une case dans votre déclaration de revenus, pour avoir un abattement sur les revenus locatifs de 50 %. Pour la location elle-même, vous devez établir un contrat de location : adresse, montant, durée, conditions de paiement, inventaire. Le tarif est libre.

Pour en savoir plus:
Comment entretenir une résidence secondaire ?
Le "home staging" pour mieux vendre sa maison
Investir dans l'immobilier sur la Presqu'île de Rhuys
Immobilier: selon l'Insee, davantages jeunes veulent prendre leur envol