Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus

Le marché de l’immobilier ancien : tendances et prévisions

Vous avez repéré des offres de vente de maison à Sarzeau ? Avec l’envolée des prix de l’immobilier ancien, n’attendez pas trop pour concrétiser votre projet immobilier. Les prix pourraient continuer de grimper en 2020.

Les prix de l’immobilier ancien en forte hausse en 2019

Au 2ème trimestre 2019, les prix des logements anciens ont continué d’augmenter partout en France, selon l’Insee. Avec une hausse de 0,8% par rapport au 1er trimestre 2019, les prix des biens anciens ont plus rapidement augmenté comparé au trimestre précédent (+0,6%).

Sur douze mois, les prix accélèrent de 3,2% ; les prix des appartements (+4,3% en un an) ayant augmenté plus fortement que ceux des maisons (+2,4%).

Des disparités entre les régions de France

En Île-de-France, la hausse des prix de l’immobilier ancien se poursuit sur le 2ème trimestre : +1,1% par rapport aux trois premiers mois de 2019. Sur une année, allant de de juin 2018 à juin 2019, les biens anciens voient leur prix s’accroître à un rythme soutenu : +3,9%.

Toutefois, le prix des appartements augmente plus rapidement que celui des maisons : +4,9% sur un an contre +1,9%. À noter que qu’en région francilienne, c’est Paris qui tire les prix vers le haut.

Dans les grandes villes de province, les prix des logements anciens s’affichent également en hausse, mais dans une moindre mesure comparé à la région Île-de-France : +0,6% au 2ème trimestre par rapport au 1er trimestre 2019.

La hausse des prix va-t-elle s’arrêter ?

Selon MeilleursAgents, cette tendance à la hausse des prix de l’immobilier dans l’ancien devrait se poursuivre sur les 12 prochains mois, principalement dans les grandes villes. Le courtier prévoit, en effet, une nouvelle hausse de 6% dans la capitale parisienne et de 65% dans les dix villes principales.

En parallèle, le nombre de transactions immobilières va dépasser pour la première fois le million de transactions. Cet engouement sur le marché de l’immobilier peut s’expliquer, entre autres, par l’accès à des taux de crédit immobiliers exceptionnellement bas (1,13% en moyenne en octobre), la baisse du chômage et l’arrivée des jeunes ménages dans les grandes métropoles.

Pour en savoir plus:
Trentenaires, comment investir dans l'immobilier ?

Theix-Noyalo