Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus

L'explosion de l'immobilier dans le Morbihan

On se demandait tous si la hausse des prix de l’immobilier allait s’arrêter dans le Morbihan, ou tout du moins atteindre un palier. La réponse des notaires est claire : la tendance est encore à la hausse. Cet effet positif s’est fait particulièrement ressentir sur la vente de maisons près de Vannes.

La demande toujours à la hausse

Depuis le premier déconfinement, le marché de l’immobilier morbihannais est sous tension ; la forte demande encore en augmentation peine à être satisfaite par l’offre qui se résume actuellement de plus en plus à une peau de chagrin.

La demande a bondi de près de 45 % en mai 2020 par rapport à mai 2019 et cela se ressent sur les prix qui suivent également une tendance haussière ; le prix médian des maisons anciennes a crû de 5,9 % en un an dans le Morbihan où la moitié des maisons se vend à plus de 180 000 €.

Qui sont les acquéreurs dans le Morbihan ?

À l’instar des prix de l’immobilier morbihannais qui suivent la courbe de la demande, l’âge des acquéreurs colle également à la même tendance.

L’âge médian des acheteurs est aujourd’hui de 47 ans dans le Morbihan. La répartition des acheteurs se fait comme il suit : 13% ont 29 ans ou moins, 41% ont entre 30 et 50 ans et 46% ont plus de 50 ans.

Les deux tiers des acquéreurs habitent déjà le Morbihan tandis que les Franciliens représentent environ un acheteur sur dix.

Les maisons sont très demandées dans le Morbihan

La demande de maisons a toujours été forte dans le Morbihan et ce, même avant le confinement. Ainsi, les prix ont augmenté comme nous l’avons noté plus haut, de presque 6 % en un an, de plus de 12 % en 5 ans et d’environ 18 % en 10 ans.

Cette augmentation de prix est générale, à la ville comme à la campagne, si l’on fait exception du pays de Ploërmel où les prix ont peu augmenté. Même si cette hausse est générale, elle cache cependant de nombreuses disparités.

La hausse des prix à Lorient est de 2,4 % tandis qu’à Vannes, elle frise les 10 %. Ces disparités sont également très fortes d’un quartier à un autre.

Le prix des appartements n’est pas en reste

Même si l’envie d’avoir un jardin est très prégnante depuis l’épisode du premier confinement, les appartements font bonne figure. Ainsi, les prix dans l’ancien ou dans le neuf continuent de progresser dans le Morbihan pour atteindre une augmentation dans les deux cas de plus de 13 % en un an. Le prix moyen du mètre carré dans l’ancien est de 2 370 € et il est de 3 580 € dans le neuf avec de fortes disparités selon les villes et les quartiers.

Au final, le marché immobilier se pote bien dans le Morbihan, ce qui n’est pas étonnant vu la qualité de vie de cette magnifique région. De plus, les prix restent relativement abordables comparés à ceux des grandes métropoles.

En savoir plus :
Vannes, une destination en vogue pour longtemps !

Général