Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus

Quels impacts sur le marché de l'immobilier aura la crise du coronavirus ?

Vous envisagez d’engager une vente immobilière sur l’Île d’Arz dans le golfe du Morbihan et vous vous interrogez sur la tendance des prix après le déconfinement.

Quels impacts a eu la période de confinement sur le marché de l’immobilier ?

Le marché de l’immobilier a été considérablement ralenti pendant la période de confinement, même si les mesures mises en place par l’État en avril afin de permettre la signature à distance des actes authentiques chez le notaire et le télétravail ont permis de conserver une partie de l’activité.

Les agences immobilières étaient fermées au public et les visites physiques ont été suspendues pendant cette période. Cependant, grâce au télétravail, les agents immobiliers ont pu suivre les dossiers en cours et organiser des présentations de biens immobiliers par visites virtuelles en attendant la date de déconfinement et pour maintenir le contact avec les clients acquéreurs.

L’activité au sein des agences immobilières a donc continué, à l’image des offices notariaux qui ont pu organiser des signatures en toute sécurité par visio-conférence quand les clients étaient eux-mêmes équipés d’un ordinateur et d’une webcam chez eux.

Quelles sont les perspectives à l’heure du déconfinement ?

Le déconfinement tant attendu au niveau économique, mais pas seulement, est arrivé le 11 mai comme l’avait initialement prévu l’Elysée.

À partir de cette date, les agences immobilières ont commencé à rouvrir progressivement leurs portes et les visites vont pouvoir reprendre. Bien évidemment, à la fois au niveau des agences où il sera de plus nécessaire de gérer le nombre de clients présents en même temps dans l’agence et des visites, Il sera indispensable de mettre en place les gestes barrières indispensables à la sécurité de tous.

Les mois de janvier, de février et même les 15 premiers jours de mars ont été très prometteurs en termes de ventes et les prix ont connu une forte hausse assez inhabituelle à cette période de l’année. La période de confinement a vu un ralentissement de la hausse des prix, voire même une légère tendance à la baisse. Cependant, cela n’est pas révélateur de l’avenir qui reste pour le moment incertain et où les pronostics sont délicats à établir.

Certes, beaucoup pensent que les prix vont s’orienter vers une tendance baissière du fait du retard pris sur les dossiers, notamment ceux où les propriétaires étaient contraints de vendre rapidement, mais également du fait du ralentissement du marché lié à la mise en pause de nombreux projets d’acquisition face à l’incertitude quant à l’avenir.

D’autres estiment au contraire que cette période de confinement aura un effet positif sur les ventes liées à l’envie de nombreux propriétaires de changer d’appartement pour un plus grand éventuellement avec un balcon ou une terrasse ou même pour une maison avec jardin.

Les budgets n’étant pas extensibles, nombreux sont ceux qui envisageraient de s’éloigner des grandes villes voire d’acheter à la campagne, notamment en Bretagne, où l’infrastructure routière et internet sont de qualité, afin d’améliorer leur cadre de vie en ayant même recours au télétravail quand cela est possible.

Le mot de la fin

Dans la réalité, il est encore bien trop tôt pour faire des pronostics fiables sur la tendance du marché de l’immobilier, les arguments des uns équilibrant les arguments des autres… Souhaitons qu’il en soit ainsi pour les prix et la demande…

Pour en savoir plus:
La taxe foncière en hausse en 2019

Général