Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus

Vannes, une destination en vogue pour longtemps !

Alors que la crise sanitaire plombe l’économie et le moral des Français, l’immobilier morbihannais et encore plus celui de la région vannetaise n’ont pas souffert de la pandémie, bien au contraire. De nombreux Français continuent d’investir dans la région, la vente de maisons près de Vannes bat son plein, que ce soit des résidences principales, secondaires ou à but d’investissement locatif.

Tous les indicateurs immobiliers sont au beau fixe à Vannes et pour longtemps

Le « grand Golfe » de Sarzeau à Quiberon a le vent en poupe. L’année 2020 a connu une hausse des prix de l’immobilier dans la région et surtout à Vannes dans tous les quartiers de la ville.

L’immobilier vannetais est en pleine croissance, tournant ainsi le dos à la crise économique et sanitaire qui impacte durement le moral des Français. La ville de Vannes offre un cadre attirant pour les acquéreurs potentiels venus de la région mais également d’Ile-de-France.

Le prix des maisons anciennes a crû de plus de 6 % sur un an avec un prix de vente médian de 345 000 €. Le prix des appartements anciens dans le centre-ville de Vannes a explosé avec une croissance de plus de 15 % en un an et un prix de vente médian de 3 200 € le mètre carré.

Des nouveaux acquéreurs venus du sud de la France et de la région parisienne

L’afflux de Parisiens et des habitants du sud de la France venant des grandes métropoles régionales comme Marseille, Toulon ou Toulouse, fuyant pour la plupart un sentiment d’insécurité, l’excès de monde et la chaleur caniculaire de l’été, a augmenté très fortement la demande.

Les citadins de grandes villes viennent à Vannes pour le calme et la douceur du climat. Pour eux, c’est déjà presque la campagne.

Ce phénomène a été renforcé par les nouvelles façons de travailler des agences immobilières qui ont mis à profit la crise sanitaire et les confinements pour développer notamment les visites virtuelles afin de faciliter la prise de contact à distance.

Par exemple, la part des acquéreurs venant de la région parisienne est passée d’un peu plus de 6 % en 2019 a environ 11 % en 2020. Ce phénomène est largement soutenu par la ligne à grande vitesse (LGV), qui permet de rejoindre Vannes en 2 h 30 depuis Paris.

Cela a permis à de nombreux Franciliens de découvrir une ville à taille humaine, véritable perle du golfe du Morbihan, lui-même un des golfes les plus spectaculaires au monde.

Mais il y a aussi d’autres moyens que la route et le train pour rejoindre Vannes. Le port de plaisance est un véritable Eldorado pour les plaisanciers et un port d’attache où se ressourcer entre deux croisières aventureuses. Vannes, c’est avant tout un style de vie, ponctué par les marées et les embruns, un ancrage terrien pour ceux qui ont le pied marin.

En savoir plus :
L'explosion de l'immobilier dans le Morbihan

Général