Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Cliquez ici pour en savoir plus

Les tendances de l’immobilier à Arzon

Tandis que les jeunes s’installent là où il y a de l’emploi, les retraités quant à eux, bénéficient d’un choix d’implantation beaucoup plus vaste. Dans les deux cas, quoi qu’il en soit, le prix de l’immobilier à Arzon est un facteur déterminant. Manque de chance, le Morbihan est moins abordable que le Finistère ou les Côtes-d’Armor. Reste que la demande en logements est croissante à Arzon. Voyons dès maintenant pourquoi.

Voire toutes nos offres immobilières à Arzon

Immobilier à Arzon : des appartements neufs très recherchés

Au dernier trimestre 2017, les appartements neufs à Arzon ont connu une demande très forte et cette tendance semble se poursuivre en 2018. Boostées par la reconduction de la loi Pinel jusqu’à décembre 2018, les ventes d’appartements dans le neuf ont permis au marché immobilier à Arzon de maintenir un haut niveau de dynamisme.

Toutefois, Arzon étant une commune du littoral du Morbihan, on constate une hausse progressive des prix. En effet, Arzon serait la onzième ville la plus chère de Bretagne, la première place étant actuellement occupée par Saint-Lunaire, dans l’Ille-et-Vilaine, avec un prix médian au mètre carré atteignant 5 150 €.

Arzon, ville chère affectée par la raréfaction des logements anciens

Saviez-vous que dans le Top 15 des communes bretonnes les plus onéreuses, on trouve uniquement des villes qui se trouvent en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan ? Avec un prix médian au mètre carré de 3 750 € (contre 3 710 € en 2017), Arzon fait partie d’entre elles. Forcément très recherchés, les appartements et maisons situés le long du littoral breton font bien souvent office de résidences secondaires pour les acheteurs, lesquels sont souvent originaires d’Île-de-France.

L’immobilier à Arzon, marqué par une certaine hausse des prix, témoigne de la raréfaction des biens les plus prisés, principalement les appartements anciens, qui disparaissent progressivement du paysage morbihannais. Les investisseurs devront donc se montrer patients afin de trouver le bien tant convoité. Cela est d’autant plus vrai qu’en 2017, Arzon était la troisième ville côtière du Morbihan la plus chère après Carnac (4 020 €/m²) et Trinité-sur-Mer (3 830 €/m²).

Lire aussi: Immobilier à Vannes